Caricature de Côté dans le journal Le Soleil

Il va falloir que quelqu’un au PQ nous explique ce qu’ils trouvent à redire du texte de cette motion que ma collègue Françoise David a présenté aujourd’hui en Chambre et que le gouvernement a bloqué sans s’expliquer :

 « Que l’Assemblée nationale réaffirme que l’évasion et l’évitement fiscal sont dommageables pour les finances publiques du Québec et entraînent une injustice fiscale entre les citoyens et les citoyennes;

Pour s’assurer que l’État dispose des moyens nécessaires pour jouer son rôle de redistribution de la richesse, que tous les partis représentés à l’Assemblée nationale se mobilisent pour mettre fin au secret bancaire et récupérer l’argent qui a été dissimulé à l’étranger;

Finalement, qu’afin de démontrer que tous les Québécois et les Québécoises doivent faire leur juste part, tous les députés de l’Assemblée nationale s’engagent solennellement à ne pas placer leurs avoirs à l’abri de l’impôt dans des paradis fiscaux ou des juridictions de complaisance.»

Est-ce que le PQ serait mal à l’aise avec une motion qui parle de redistribution de la richesse?

Il faudrait aussi que quelqu’un à la CAQ nous explique pourquoi il lui fallait présenter une motion sur le même sujet alors que nous tentions depuis le début de la semaine d’en faire adopter une? La règle informelle de l’Assemblée veut que jamais un parti ne s’approprie le sujet de la motion d’un autre.

Magnanimes, nous avons appuyé la motion de la CAQ. Néanmoins, la manœuvre laisse un mauvais goût dans la bouche.

Il faut dire que les réactions sont fortes à l’Assemblée depuis que Québec solidaire a abordé le sujet de l’évasion fiscale et suggéré que les partis s’engagent à démettre de ses fonctions tout élu ayant des comptes dans un paradis fiscal. Certains ont été piqués au vif par cette suggestion semble-t-il et, la semaine avançant, tout le monde voulait paraître plus décidé que les autres à se battre contre l’évasion fiscale.

Maintenant, après toutes les belles paroles, quels moyens concrets mettre en place le gouvernement pour arrêter l’hémorragie dans nos finances publiques? J’ai posé la question en Chambre aujourd’hui… Je n’ai eu droit qu’à des affirmations générales en guise de réponse. C’est mal parti.