Québec solidaire se réjouit de la décision du gouvernement d’abandonner la majorité de ses projets de minicentrales de 50 mW et moins, mais regrette que celle de Val-Jalbert soit toujours sur les rails.

« C’était la décision rationnelle à prendre compte tenu de l’ampleur des surplus en électricité du Québec. Ces projets n’ont aucune justification écologique, énergétique ou économique, pas plus que celui de Val-Jalbert, d’ailleurs. J’appelle le gouvernement à être cohérent et courageux : il doit suspendre ce projet également », a réagi Françoise David, députée de Gouin.

Le Parti québécois s’était engagé en campagne électorale à déployer une stratégie énergétique basée sur la planification intégrée des ressources, notamment en établissant des cibles de production pour chacune des filières d’énergies renouvelables. « Plutôt que d’agir en rangs dispersés sur les questions énergétiques au fil des controverses, il est temps qu’il établisse des cibles claires et développe, avec les partenaires du milieu, une véritable stratégie globale », a indiqué André Frappier, président de Québec solidaire.

De plus, les Solidaires s’interrogent sur ce qui a mené Hydro-Québec à prendre une série de décisions irrationnelles pour maintenir ces projets non rentables coûte que coûte sous le régime libéral. En conséquence, ils souhaitent que la Commission Charbonneau se penche sur les activités d’Hydro-Québec, particulièrement la gestion des contrats d’approvisionnement.