amirkhadir banner

[Voir la vidéo de l'entrevue d'Amir Khadir sur le site de TVA Nouvelles]

TVA Nouvelles mènera une série d’entrevues avec les chefs de différents partis politiques québécois. Amir Khadir, cochef de Québec solidaire, est le premier d’entre eux à se prêter à l’exercice.

Le Parti québécois semble avoir le vent dans les voiles, avec l’annonce de nombre de candidatures prestigieuses au cours des dernières semaines, mais Amir Khadir refuse de se laisser démonter et estime que Québec solidaire est fin prêt pour lacampagne électorale imminente.

Le cochef de Québec solidaire rappelle d’ailleurs que le PQ existe depuis plus de 40 ans et qu’il est bien établi. «C’est certain que quand on est l’opposition officielle et qu’on a des bastions, on peut faire miroiter des comtés faciles à gagner», a déclaré M. Khadir, en entrevue avec Paul Larocque.

Qui plus est, le programme de Québec solidaire est «exigeant» et requiert de ceux qui y adhèrent «courage et audace» et de «vouloir se battre» dans des circonscriptions «pas acquises» d’avance.

Dans ce contexte, difficile d’aller chercher des candidats vedettes, reconnaît le député de Mercier. «Je ne vous cache pas qu’on a essayé», confie-t-il, juste avant d’affirmer que son équipe est composée de «beaucoup de candidats qui sont excessivement bien préparés», des «gens de qualité».

Québec solidaire veut d’abord des personnalités qui sont reconnues dans leur circonscription pour leur implication, rappelle-t-il.

Léo Bureau-Blouin

Le porte-parole de QS indique par ailleurs que son parti n’a pas tenté de courtiser l’ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Léo Bureau-Blouin, qui annonçait mardi qu’il se joignait au clan de Pauline Marois.

«C’est quelqu’un qui se situe au centre. [...] Il est collé aux positions du PQ depuis longtemps, ce n’est pas une surprise pour moi que Léo aille au PQ», affirme Amir Khadir.

S’il déplore que son discours soit déjà «policé», allant même jusqu’à qualifier cela de «décevant», M. Khadir considère que ceux qui accusent Léo Bureau-Blouin de traîtrise font preuve d’injustice. Pour lui, l’ex-leader étudiant demeure «un jeune homme remarquable».

De l’ambition

Amir Khadir estime que les chances sont grandes que son parti élise de nouveaux députés à l’Assemblée nationale. Selon lui, il peut compter sur six circonscriptions «prioritaires», où il croit que QS va gagner, et six autres «intermédiaires», où il pense qu’ils ont de très bonnes chances de l’emporter.

«Ce sont des comtés qu’on va aller chercher aux libéraux et au PQ [...] et dans lesquels on va faire une campagne excessivement forte», prévient le médecin de métier.

Quelques éléments du programme de Québec solidaire

«Transparence d’abord»:
«On sait que les partis politiques traditionnels vont chercher beaucoup d’argent dans les milieux d’affaires qui attendent des choses en retour, des contrats, des décisions favorables.»

Nouvelle forme d’économie:
Québec solidaire souhaite que des changements soient apportés tout particulièrement dans le mode de transport, afin de favoriser les véhicules électriques et les transports collectifs, par exemple.
«On veut vraiment prendre le virage vers un Québec du 21e siècle, pour une économie qui soit basée sur le savoir, les nouvelles énergies.»
Amir Khadir ne rejette pas l’exploitation des ressources naturelles québécoises, «mais on ne veut pas juste les exploiter et les vendre à rabais; on veut les transformer ici».

Pharma-Québec:
Cette initiative permettrait de «briser le monopole» observé dans le milieu, selon l’homme politique. Ce faisant, il favoriserait des économies de un ou deux milliards de dollars par année pour la province.

Régime fiscal plus juste:
«On ne peut pas laisser les plus riches et surtout les corporations faire de l’évitement et de l’évasion fiscale», selon M. Khadir, qui plaide également pour l’ajout d’un ou deux paliers d’imposition supplémentaires.