anticosti1 (1)

En donnant le feu vert à l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti et en y investissant 115 millions $ de fonds publics, le gouvernement de Pauline Marois montre ses vraies couleurs, estime le député solidaire de Mercier, Amir Khadir.

« Nous avons maintenant la preuve, s’il en fallait, que le Parti québécois est au service des pétrolières. Plutôt que de mettre en place un plan crédible pour sortir le Québec des énergies fossiles, il choisit l’énergie la plus sale qui soit: le pétrole de schiste. Le Parti Québécois nous enfonce dans le pétrole et abandonne la lutte au changement climatique, critique vertement Amir Khadir, qui rappelle que le projet exigera le forage de 12 000 à 15 000 puits, suivi de fracturation hydraulique. Un vrai gâchis environnemental! »

Québec solidaire dénonce la précipitation avec laquelle le gouvernement Marois fait cette annonce à la veille des élections.  « L’exploration sur l’île Anticosti commencera dès cet été sans évaluation environnementale préalable. Le Parti québécois prend un risque énorme en investissant 115 millions $ de deniers publics dans ce projet. Que l’île d’Anticosti contienne ou non du pétrole, le Québec sera perdant. Ce sera soit un gouffre financier, soit la mise au rancart de la lutte aux changements climatiques. Y a-t-il un ministre de l’Environnement au Québec ?», questionne le député de Mercier.

Pour Amir Khadir, le gouvernement Marois reprend carrément la stratégie énergétique du Parti libéral et se soumet aux attentes des actionnaires de Junex, Pétrolia et Corridor Resources. « Depuis un an, le potentiel pétrolier de l’île d’Anticosti a été constamment questionné et remis en question, tout comme la rentabilité du projet. Les péquistes entretiennent l’illusion d’être en contrôle des ressources alors qu’ils se retrouvent encore une fois en situation minoritaire face aux partenaires privés. »