Chère Madeleine Parent,

Comme je t’ai aimée et admirée! À plus de 80 ans, lors de la Marche mondiale des femmes en l’an 2000,  tu luttais avec nous contre la pauvreté et les violences faites aux femmes. Tu n’avais rien perdu de ta fougue, de ta capacité à t’indigner bien avant que le mot soit à la mode. Ta voix de velours, loin des expressions tonitruantes d’un Michel Chartrand, n’en disait pas moins des mots redoutables : exploitation, aliénation, néolibéralisme. Mais aussi tu nous appelais inlassablement à l’unité des forces progressistes sans laquelle rien n’est possible. Tu fus solidaire de tous ceux et celles que les pouvoirs politiques et économiques négligent. Tu souhaitais l’indépendance du Québec mais refusait de tomber dans un  nationalisme étroit qui exclut.

Madeleine, tu m’as appris la persévérance car tu avais l’engagement têtu. Tant qu’il y avait une personne à aider, la journée n’était pas terminée.  Il y a des jours où ton souvenir m’habite et me fait du bien.

J’espère que tu ne t’ajouteras pas à la longue liste des femmes remarquables et oubliées d’une histoire qui n’a jamais fait la part belle aux femmes. Je souhaite que l’on parle de toi dans les écoles, que des jeunes femmes s’inspirent de ton parcours pour s’engager dans la transformation du monde.

Dimanche prochain, je marcherai aux côté des étudiantes et étudiants. En pensant à toi, fière combattante! Merci Madeleine, pour tout.

Françoise David

*Cette lettre est parue dans le Devoir du 13 mars 2012: http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/344864/lettres-lettre-a-une-femme-remarquable