Québec solidaire est interpelé par l’ambiguïté des positions du Parti québécois par rapport aux enjeux étudiants et à leurs droits démocratiques. Les solidaires demandent au PQ de clarifier ses positions.

« Pour une seconde journée de suite, le Parti québécois remet en question la démocratie étudiante.  Après avoir tergiversé depuis le début de la grève, il a récemment invité le mouvement étudiant à respecter une trêve et à suspendre la plus grande grève de son histoire.  Il semble aussi recommander aux étudiantes et étudiants de respecter une loi spéciale qu’il a pourtant dénoncée, à juste titre. Cette attitude est incompréhensible », regrette Françoise David, candidate de Québec solidaire dans Gouin.

Au cours des derniers mois, la position du PQ face à la hausse des frais de scolarité a évolué au gré des événements. Cette ambiguïté a nui au mouvement étudiant et pavé la voie au recours à une loi spéciale. Cette loi injuste est venue suspendre les droits démocratiques de tous les citoyens et citoyennes pour la durée d’une campagne électorale que le Parti libéral a cyniquement placée sous le signe d’un conflit social non réglé.

Rappelons que les positions de Québec solidaire sur ces enjeux n’ont pas changé depuis le début : gratuité scolaire et respect du principe fondamental de la pleine autonomie démocratique des étudiantes et étudiants.