Le docteur Amir Khadir, député sortant de Mercier, a présenté en marge d’une distribution de vêtements et de matériel scolaire de l’organisme Jeunesse au soleil les mesures préconisées par Québec solidaire pour réduire la pauvreté. Il en a profité pour déplorer l’absence de vision des autres partis en matière de lutte à la pauvreté.

« Alors que les inégalités ne cessent de croître, il est déplorable que les autres partis n’offrent aucune vision cohérente sur la lutte à la pauvreté. Leur silence est assourdissant. Les partis qui se sont succédé au pouvoir ont échoué à prendre les décisions qui s’imposaient pour inverser cette tendance », constate Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire.

Québec solidaire propose d’instaurer un revenu minimum garanti de 12 000$. Dr Khadir a expliqué que ce revenu minimum couvrira les besoins essentiels et permettra ainsi à tous et à toutes de vivre dignement. L’État versera la différence entre le revenu de la personne, qu’elle soit sans emploi ou que son salaire soit insuffisant, et le revenu minimum garanti. Les individus qui ne sont pas en situation de pauvreté n’obtiendraient donc pas ce soutien financier.

« Dans sa forme actuelle, la sécurité du revenu s’applique de manière arbitraire et discriminatoire, ne couvre pas les besoins de base, et génère des coûts sociaux importants, notamment en santé », note Dr Khadir.

Le revenu minimum viendrait remplacer toute une panoplie de programmes de soutien du revenu. Son instauration permettra de diminuer les coûts d’administration en plus de simplifier grandement la relation des citoyennes et citoyens avec l’État. Dans son cadre financier, Québec solidaire chiffre cette mesure à 3,9 milliards $.

« Il ne faut pas oublier aussi que chaque dollar investi dans les besoins essentiels est un dollar qui retourne rapidement dans l’économie locale et qui stimule donc l’emploi.  Investir dans la lutte à la pauvreté, partager la prospérité, c’est avantageux », fait valoir Dr Khadir.